Comment Investir dans les GAFAM ? (avec Marc Raffard et GraniteShares)

Viken : « Bonjour à tous, bienvenue dans cette nouvelle vidéo en compagnie de Marc Raffard. Nous allons vous parler de nouveaux produits qui sont disponibles depuis vraiment quelques jours sur les marchés financiers. Donc on va vous présenter ça, vous allez voir les avantages, les inconvénients et à qui s’adresse ce type de produit. Ne vous inquiétez pas, on va vous présenter tout cela plus en détail. On a une nouvelle fois avec Marc Raffard, qui nous fait le plaisir on est vraiment ravis chaque fois de t’accueillir qui nous apporte toujours des informations intéressantes. Donc bienvenue à toi Marc Raffard. Dans un premier temps, peux-tu pour ceux qui ne te connaissent pas, te présenter brièvement et présenter ta fonction dans la société dans laquelle tu travailles, dont on va parler dans cette vidéo. »

Marc Raffard : « Bonjour Viken et un grand merci pour cette super introduction, c’est toujours aussi un plaisir pour moi de venir participer sur sa chaîne youtube et partager des informations ou mon expérience. Alors moi je travaille chez dans une société qui s’appelle GraniteShares. La société en l’occurrence est un émetteur d’ETF et d’ETP. Donc on crée des ETF et on va les lister en bourse ou des ETP, on verra juste après quelle est la différence entre les deux. Pour revenir sur mon background, moi j’ai travaillé pendant plusieurs années ces dix douze dernières années dans la finance. Principalement chez des courtiers CFD, des grands noms des CFD, et il y a quelques années j’ai fait un switch et je suis passé côté ETF. Les ETF donc que vous connaissez, je crois que tu parles souvent sur ta chaîne youtube des ETF. Alors si vous voulez en introduction de cette vidéo, je vous propose donc de faire déjà la distinction ce qui est un ETF et un ETP. Un ETF c’est un Exchange Traded Funds, donc ça vous le savez, c’est un fonds listé en bourse, en fait si on traduit ça en français. Et un ETP c’est un Exhange Traded Product, donc c’est un produit listé en bourse, si vous voulez. Donc déjà ce qu’il faut savoir c’est que les ETP en fait, c’est un groupe de produits qui englobe les ETF. En fait la catégorie mère, on va dire la catégorie générale, ce sont les ETP, en dessous desquels on a les ETF, les ETN, les ETC. Donc les ETF on en a déjà parlé, les ETC les Exchange Traded Commodities donc pour les matières premières ou bien Exchange Traded Currencies pour les devises et les ETN les Exchange Traded Notes. Alors les produits dont je vais vous parler aujourd’hui, ils sont structurés en fait alors on va pas rentrer forcément trop dans les détails mais en en simplifiant, ils sont structurés comme des obligations listées en bourse. Voilà donc c’est ce que c’est les Echange Traded Notes, donc c’est des dettes securities, si vous voulez donc des titres de dette qui permettent d’avoir une exposition sur un actif ou plusieurs actifs sous-jacents. Donc ça c’est la façon dont c’est structuré et ça peut paraître compliqué mais en fait on verra en réalité que ce qui nous intéresse c’est l’exposition que ça donne, sachant que de toute façon ce sont des produits qui sont collatéralisés. Donc voilà si jamais le l’émetteur d’un venture venait à faire faillite, il y a un collatéral déposé dans une banque, qui est une bank of New York, qui couvre le lot risque. Voilà là pour rentrer dans les détails complexes. »

Viken : « C’est important et c’est rassurant parce que les personnes chez qui investissent dans les ETF, se disent parfois voilà je possède pas, quand on achète une action d’une entreprise c’est plus clair pour la plupart des gens se dit voilà je possède une action de l’entreprise Apple par exemple donc il faudrait que la société apple elle-même fasse faillite pour que je perde mon action elle-même. Et pour ETF tu as raison de préciser ça, parce que ça paraît plus abstrait les gens se disent oui mais qu’elles sont les garanties. »

Marc Raffard : « On peut avoir des ETF avec réplication physique, avec réplication synthétique, synthétique avec ou sans collatéral. Donc effectivement il y a plein de notions comme ça qu’il faut maîtriser. Là en l’occurrence c’est comment dirais-je, une réplication synthétique un sous forme de swap, mais avec un collatéral déposé dans une banque qui est autre que ce qu’on appelle un compte ségrégué, si vous voulez Bank of New York. Donc en fait pour ETF je pense que c’est pareil mais pour les ETP il y a plein de différents intervenants qui interviennent dans la création dans la structuration de produits, donc les GraniteShares qui va créer le produit qui a créé les documents légaux qui va faire la valorisation journalière. Vous avez le market maker, donc Natixis dans le cas de nos produits, qui va faire la liquidité et les prix. Vous avez Bank of New York qui se charge de détenir le collatéral qui est d’un montant équivalent à ce qu’il y a sur le marché. Et puis vous avez le courtier donc qui est là. Vous avez la bourse donc on va voir ce qu’elles bourses sont côtés ces produits là. Enfin voilà plein d’intervenants qui rentrent en en ligne de compte pour le bon fonctionnement d’un produit. »

Viken : « C’est très intéressant. Déjà on retient que, parce que c’est la question que j’ai souvent, quelles sont les différences entre ETP et ETF, donc bien précisé. ETP c’est globalement c’est les produits et dans tous ces produits là il y a plusieurs catégories dont les ETF qui sont des fonds. »

Marc Raffard : « Et les produits qu’on veut on va parler aujourd’hui, donc les produits de GraniteSharesc. C’est des produits relativement innovants, d’ailleurs on a souvent des commentaires d’institutionnels qui disent mais je savais pas que ça existait. En fait puisque ce sont des Exchange Traded Notes. Donc comme je l’expliquais, des produits de dette, donc mais collatéralisés. Et ça c’est assez innovant parce que la plupart des produits de dette comme ça, ne seront pas collatéralisés justement. Ils n’entrent pas cette protection qu’on peut avoir si l’on souhaite détenir un ETP sur le long terme. Si on prend des ETP ou des ETF sur du très court terme, la problématique de la collatéralisation est moins importante. Un aller-retour dans la journée ou 2-3 jours, le risque de faillite on le tient que sur une courte période. Mais si on fait des positions long terme, là il faut absolument s’assurer qu’on a ce genre de protection. Alors juste revenir sur les ETP, la différence c’est que les ETF en fait ont une certaine contrainte. On ne peut pas faire ce qu’on veut avec des ETF, il faut qu’il y ait une certaine diversification dans l’ETF. On ne peut pas mettre moins de 20 action dans un ETF, généralement c’est bien plus simple vous avez 200-300, même j’ai vu des ETF avec 2000 actions sous-jacentes. Avec les ETP on a beaucoup plus de flexibilité et on peut aller créer des produits on le verra tout à l’heure, qui vont explorer ce qu’ils ne peuvent pas être exploré avec les ETF. »

Viken : « Tout à fait quand on s’est appelé il y a quelques jours, on a plus parler des nouveaux produits que vous lancez dont on va parler aujourd’hui. Effectivement ça me paraît assez innovant et intéressant notamment pour les personnes qui ont des petits capitaux. Vous allez voir, ça vous permet de faire des investissements que vous n’auriez pas pu faire sinon, ou alors vous auriez pris des risques énormes. Et là vous verrez que grâce à ces nouveaux produits, qui sont vraiment tout récents, et bien vous pouvez avec un capital modeste faire des investissements que vous n’auriez pas pu faire par ailleurs. Alors quels sont les nouveaux produits vous avez sortis tout récemment. »

Marc Raffard : « C’est plus que tout récemment vu ce qu’ils y ont été listés hier en bourse, donc c’est vraiment c’est vraiment tout récent. J’ai déjà partagé des petits messages sur les réseaux sociaux, mais c’est vraiment le premier webinaire, la première vraie communication, première explication qu’on fait. Effectivement c’est avec toi et j’en suis très content. Alors là je vous ai mis une infographie donc on a fait réaliser. Il faut prendre un petit peu d’explications, c’est en anglais, mais de toute façon je suis là pour traduire vous allez voir que façon c’est très visuel. Donc en fait les produits qu’on a créés, déjà ils sont listés sur la bourse de londres, le london stock exchange, vous pouvez y accéder avec n’importe quel courtier qui accès au london stock exchange. Comme ce sont des produits qui viennent d’être listés là hier, il est possible que certains courtiers n’y est pas encore accès sur leur plateforme. En général, sur demande vous allez voir votre courtier me dit ce produit là était listé en bourse pierre je veux je veux l’avoir sur nos plateformes. Mais en général sur demande les courtiers les rajoutent. Alors de quoi il s’agit, vous connaissez tous GAFAM, ces fameuses big five gros cinq grosses entreprises américaines qui sont : Alphabet donc on connaît sous le nom de Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft. Donc les big five, qui qui sont les entreprises qui drivent les marchés américains, et en tout cas le Nasdaq. Je crois qu’ils représentent pour presque, si je ne dis pas de bêtises, 33% du Nasdaq à elle seule, donc c’est énorme. »

Viken : « Et sur le S&P500, si je ne dis pas de bêtises non plus, dans les 20 % donc c’est énorme. »

Marc Raffard : « Et on le verra juste après, aussi on dégage effectivement ces valeurs-là du S&P500, du Nasdaq, on obtient des performances vraiment bien plus élevées que les indices de référence. Donc on a créé trois produits en fait. Donc le GAFAM, on connaît tous en France le FAANG, donc le FAANG c’est un peu si vous voulez l’équivalent anglophone du GAFAM, c’est en français on va plus utiliser GAFAM de ce que j’ai constaté. On parle des GAFAM et ou en Angleterre aux Etats-Unis on parle des FAANG. Donc FAANG c’est pareil, c’est Facebook, Amazon, Apple, Netflix, Google. Donc avec une nuance, c’est que au lieu d’avoir Microsoft on a Netflix, ce qui change pas grand chose on va le voir de toute façon dans la performance, mais pour ceux qui veulent avoir une exposition plus sur Microsoft ou plus sur Netflix, quelque part ça change aussi. Et après on a le FATANG, donc ça c’est une innovation, une création si vous voulez de GraniteShares, donc en fait c’est le FAANG auquel on a rajouté Tesla. Et bien évidemment Tesla ayant délivré des performances époustouflantes ces dernières années, vous allez voir que là par contre il y a une nette différence entre le GAFAM et FATANG ou le FAANG. Là c’est marqué world’s first, alors c’est vrai qu’on est les premiers au monde à créer des ETP qui traquent ces indices, si vous voulez de façon, équipondérée. Donc vous allez retrouver peut-être aux Etats-Unis des indices FAANG, mais qui sont qui ne sont pas équipondérés ou qui ne traquent pas juste ces cinq valeurs. Là on a vraiment quelque chose d’unique, donc comme c’est marqué en anglais, c’est une exposition très concentrée sur un panier de valeurs. C’est simple à comprendre, je ne vais pas rentrer trop dans les détails, à partir du moment où vous avez compris ce que sont les FAANG, vous avez compris ce que sont ces produits. Et ça a une structure low cost, donc ça vous permet quel que soit votre courtier, de traiter sur un panier d’actions américaines à faible coût, puisque c’est des produits qui sont listés Europe, vous n’avez pas besoin d’aller sur les marchés américains pour pouvoir traiter ces produits. »

Viken : « En gros il faut que votre courtier vous donne accès au london stock exchange, si j’ai bien compris. »

Marc Raffard : « Alors on va pas rentrer dans les détails, c’est pas la peine, vous l’avez compris il y a Facebook, Amazon, Apple, Netflix, Alphabet. Voilà ils sont là en gros sous forme de logo d’entreprises, la composition de chacun des listes. Ici on a sur cette infographie quelques informations intéressantes quand même. Puisque on a ici là le business model enfin du moins les revenu en pourcentage de chaque entreprise. Facebook 98 % de la publicité, Amazon c’est à 65% du e-commerce et du cloud computing donc pourquoi que 65 % parce qu’il développe énormément d’autres activités et un Amazon, de plus en plus d’ailleurs. Apple c’est des produits informatiques, donc à 87%, mais ils développent aussi de plus en plus d’autres activités avec Apple tv etc. Netflix c’est à 100% de l’abonnement, pour le moment c’est on va voir comment on va se développer l’entreprise, mais pour le moment le business model 100% sous forme d’abonnement. Google vient toujours c’est de la publicité. Microsoft c’est du cloud computing aussi et tout ce qui est informatique. Et tesla véhicules électriques à 85%, rappelons que tout et cela ne fait pas que des véhicules électriques, il faut aussi des batteries, font aussi des tuiles les tuiles solaires, des systèmes de recharge pour la maison, et ils tendent à se développer dans d’autres secteurs que l’automobile. Alors voilà les produits, donc est-ce qu’ils sont en fait, vous avez trois produits FAANG, GAFAM et FATANG. Et sur chaque produit vous avez quatre versions du produit, donc en tout ça fait douze produits. Donc vous avez ici les ticker, donc c’est comme c’est avec les tickers que vous allez facilement retrouver les produits sur votre plateforme. Donc vous avez un x1, c’est l’indice de base sans levier. Si vous avez regardé les DC, donc les documents contenant toutes les information, les produits qui sont conçus pour être des produits d’investissement long terme, la période de recommander de détention c’est trois ans. Et les produits donc comme je le disais, ils sont écrits équipondérés, ça c’est très important. Et avec un rebalancement trimestriel. Alors ça c’est deux choses très important équipondéré et rebalancement trimestriel. Equipondéré, alors le prix d’un ETP démarre à 5 dollars, donc quand vous allez acheter un ETP qui regroupe ces 5 d’actions, il va vous coûter 5 dollars. Dans ces 5 dollars, vous avez une répartition égale de votre investissement entre chacune des actions, ça c’est très important parce que la plupart des ETF ne sont pas équipondés. Quand vous regardez les ETF, la composition des ETF, vous avez une plus grande exposition sur une dizaine de valeurs, et après c’est décroissant, et après vous avez une très très faible exposition sur les plus petites valeurs. Donc en gros en gros ici c’est équipondéré, ça c’est important de le préciser. Et le rebalancement trimestriel, c’est important de préciser aussi, pace que vous pouvez très bien vous dire ok moi je peux acheter les actions. Alors c’est vrai que ce sont les actions qui sont quand même relativement cher, là vous pouvez avoir ce panier d’actions pour 5 dollars. Alors vous me direz, il y a les actions fractionnées maintenant, c’est vrai qui facilitent le travail, vous pouvez effectivement créer un portefeuille équipondéré comme ça avec les actions fractionnées. Maintenant en fonction de l’évolution des actions, va falloir rebalancer chaque trimestre votre portefeuille, si vous voulez garder un portefeuille équipondéré. Là disons que c’est la simplicité, vous avez pas besoin de rebalancer à chaque trimestre, c’est l’émetteur donc GraniteShares qui s’en occupe, enfin plus exactement il y a un autre intervenant donc c’est l’index provider, donc c’est une autre encore une société autre que le market maker, que Bank of New York ce que j’expliquais, qui va calculer l’indice. Mais du coup vous n’avez pas besoin d’avoir fait tout ce travail de vous dire je rebalance mon portefeuille pour garder la même explosion. Là vous achetez ça, vous est certain qu’au fil des prochains mois, prochaines années, vous allez avoir un investissement qui sera équilibré de façon égale, donc si vous prenez les GAFAM entre Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft. Ensuite vous avez ici le FAANG, le GAFAM et le FATANG, voilà qui est en 1x. Ensuite vous avez la version -1x. Alors la version -1x, c’est la version inverse c’est-à-dire qui réplique la performance inverse, si les GAFAM montent la version inverse va baisser, si les GAFAM baissent la version inverse va monter. Alors ça ça peut être intéressant aussi, alors attention parce que du coup c’est plus du rebalancement trimestriel, c’est du rebalancement journalier. Donc tu sais bien toi, mais je le rappelle à l’audience, ça implique un beta slippage. Mais ça peut être quand même pas mal de l’utiliser dans le cadre de couverture. Parce que vous pouvez avoir un portefeuille qui est surexposé avec beaucoup de redondances si vous avez plusieurs ETF sur les GAFAM. Ca c’est que quelque chose que moi même j’ai constaté, on a des ETF qui reprennent à chaque fois du Google, Amazon, Facebook même si c’est des thématiques qui ont rien à voir, on retrouve avec beaucoup de régularité ces actions dans les ETF. Donc si vous voulez réduire votre exposition ou réduire la redondance qu’il peut y avoir sur les ETF vous pouvez très bien prendre un ETP short, en garde en tête que voilà il peut y avoir au fil du temps du beta slippage, mais il y aura moins de beta slippage avec du -1x qu’avec les produits à levier. Les produits à levier on va pas nécessairement parler aujourd’hui, parce que je sais que l’audience de Viken ce sont des gens qui font plus du long terme ; alors que le produit à levier c’est vraiment des produits de spéculation court terme, du day trading, donc ça va on va pas s’y intéresser. Alors ce qui est intéressant c’est de faire la comparaison entre le S&P500, le Nasdaq et les indices GAFAM, FAANG et FATANG. Alors on voit le S&P500 ici qui est déjà, bon le Nadsaq qui surperforme déjà le S&P500. Pourquoi il surperforme le S&P500 : justement parce que dans le Nasdaq il y a une plus grosse pondération sur ces fameux GAFAM, FAANG, FATANG. Notamment Tesla qui a été rajouté que très récemment au S&P500. Et ensuite donc on voit que si on prend le S&P500, si on prend le Nasdaq, on a une performance nettement meilleure. Donc là si on prend depuis 2016, la performance du S&P500 doit être autour de 150%. Si on prend le Nasdaq, on doit être sur une performance qui est proche de 300%. Si on prend le GAFAM et FAANG, alors on voit que le GAFAM et FAANG sont très très très proches, en terme de performance on est aux alentours de 400%. Donc on surperforme quand même de 200% sur ces 4 dernières années on va dire plutôt le Nasdaq. Et par contre si on prend le FATANG, dont qui inclut lui Tesla, la surperformance est carrément très impressionnante puisque ont atteint quasiment 700% sur les sur les 4-5 dernières années. Alors après maintenant à vous de décider si vous si vous préférez être exposés plus sur Tesla, plus sur Microsoft, plus sur Netflix. Après la base reste la même, c’est les big tech, c’est les grosses entreprises américaines, celles qu’on utilise tous les jours, celle qui on va dire sont indispensables à notre quotidien, qui qui sont qui sont impliquées dans cet indice. Donc l’idée en fait de GraniteShares, pourquoi on a fait ces produits là, c’est parce qu’on part du principe que l’investissement enfin c’est notre vision des choses doit se faire avec conviction avec une forte conviction. Donc quand on va aller sur un ETP S&P500 on n’a pas de conviction. Concrètement pour le S&P500 on dit pas que c’est mal, on peut très bien se dire j’ai aucune idée du truc je prends le S&P500 je le garde 10 ans et puis c’est très bien. Nous on privilégie le high conviction investment, l’investissement à fortes convictions, on a fait des ETP à levier sur les actions, ça c’était vraiment pour ceux qui ont plus qui ont une forte conviction, parce que c’est vraiment du trading actif. Maintenant on arrive avec ces produits là qui permettent d’avoir une exposition beaucoup plus ciblée et un outil simple d’utilisation. Alors juste petit historique et petite donnée. Donc la première personne qui a commencé à parler des FAANG et qui a créé cet acronyme c’est Jom Cramer. Alors en 2013 dans un article dans lequel il l’a voilà défini qu’est ce que c’était que les FAANG, donc ces 5 grandes entreprises américaines et après ça a été repris de partout, à la télé dans les médias. Et aujourd’hui si vous faites des recherches, on parle énormément des FAANG, encore pas plus tard que hier j’ai trouvé un article que j’étais content de partager d’ailleurs parce qu’il est d’actualité sur les FAANG. Donc comme tu le disais très justement tout à l’heure, ça représente 33% du Nasdaq et 20% du S&P500, ce qui est énorme. S&P500 c’est les 500 plus grandes entreprises américaines tous secteurs d’activité confondus. Et vous avez ces cinq entreprises qui correspondent à 20% de l’ensemble des marchés américains. Donc c’est vraiment énorme et en plus c’est vraiment ces cinq entreprises là qui soutiennent si vous voulez la performance des marchés. Alors moi ce que j’aime dire en général au gens. C’est que quand vous investissez sur les marchés américains, quelqu’un qui n’y connaît rien au marché, qui se dit tiens je vais investir les marchés américains, je vais acheter du S&P500, je vais acheter du Nasdaq. En tête on a en fait en réalité les FAANG, les 100 ou 200 dernières entreprises du S&P500 ; moi je les connais pas, je pense que personne ne les connaît, même si ce sont des entreprises qui font partie des 100 grosses entreprises américaines, c’est entreprises qu’on ne connaît pas, c’est des entreprises dont on n’utilisent pas les produits au quotidien. Et d’ailleurs je vous défie de me citer une des allées une des 200 dernières entreprises qui font la composition du S&P500. »

Viken : « Et en plus les dernières, parce que comme dans le S&P500 bien sûr chaque entreprise a un poids différent. Les premières donc les GAFAM elles représentent pour les première dans les 4-5% de l’indice. Donc quand elles ont 1% elles ont un un gros poids. Mais les dernières comme tu as dit, dont personne ne parle jamais, elles représentent vraiment des dixièmes de %, voire même des centièmes de %. Du coup elles ont en variation aucun impact sur le cours du S&P500. Donc même, comme tu le dis justement même quand on investit dans le S&P500, on est quand même vraiment lié aux GAFAM. »

Marc Raffard : « Vraiment lié aux GAFAM, donc nous l’idée c’est de dire que quitte à être lié aux GAFAM, autant avoir un produit équipondéré, qui permet un investissement simple. L’idée c’est la simplicité, voilà la simplicité, et d’avoir un produit qui match avec ce que les gens ont en tête. Parce que moi c’est vrai que quand je me dis tiens je vais investir sur des marchés américains, on a même si on achète un ETP. Je donne un autre exemple, on se dit tiens je vais acheter un ETP des véhicules électriques, un autre exemple un pour donner un autre exemple. Qu’est ce qu’on a en tête, on en tête Tesla, en tête de Volkswagen, Nio, peut-être 2-3 autres d’entreprises. Mais quand on voit que cet ETF voitures électriques a 200 entreprises, on se demande bien ce qu’il a dedans. Et finalement ce qu’on avait en tête, c’était Tesla, Nio et une autre peut-être, avec peut-être cinq valeurs. En réalité sur ces 5 valeurs, on a investi 5% de notre capital, peut-être 10% du capital, et en fait le reste c’est quelque chose qu’on ne connaît pas. Donc en fait l’idée nous qu’on a avec c’est ce qu’on appelle les stock basket, en fait puisque c’est stock basket ETP, si vous voulez le terme exact. Ve qu’on a en tête c’est à dire voilà, les gens ils savent plus ou moins ce qu’ils veulent déjà mais ils vont acheter quelque chose qui me correspond pas forcément avec ce qu’ils ont en tête, ou alors on va leur offrir quelque chose qui connaissent pas alors qu’ils avaient une vision. Donc voilà nous c’est vraiment, c’est ce qu’on définit par de l’investissement sur la base de convictions. Alors d’autres données intéressantes, si on reprend la capitalisation totale des GAFAM, représente 7,5 trillions, donc 7500 milliards de dollars, alors c’est énorme. On parle beaucoup du bitcoin, on vous donne un ordre de comparaison, le bitcoin l’on dit c’est énorme ça prend une ampleur démesurée, le bitcoin c’est un trillion. Là on est 7.5 fois plus important que le bitcoin, juste avec ces cinq entreprises. Et en plus ces cinq entreprises qui génèrent des revenus, le trimestre dernier Apple générait quand même 100 milliards de revenus sur un trimestre. C’est du jamais vu une entreprise génère autant de revenus sur un trimestre. Donc voilà c’est vraiment énorme maintenant, après vous pouvez très bien vous dire vrai les GAFAM prennent une ampleur qui me fait peur. A ce moment-là vous prenez l’inverse pour vous couvrir c’est possible. Et dernière donnée intéressante, si les GAFAM était un pays, si on comparait en fait le PIB avec la capitalisation des GAFAM, ce serait la troisième plus grosse économie mondiale juste après la Chine, enfin Etats-Unis et la Chine, juste derrière la Chine. Donc voilà c’est sûr ça aujourd’hui que GraniteShares propose d’investir et voilà j’ai pas grand chose d’autre à rajouter. Puisque à partir du moment ou vous avez compris ce que sont les GAFAM, vous avez compris ce que sont ces nouveaux produits ETP. »

Viken : « Très bien, je vais juste résumer les quelques points. Et pour rebondir sur les GAFAM, moi aussi je suis dans ma manière d’investir, pour ça que je suis content de parler, ça rejoint un peu ma philosophie on pourrait dire. C’est de faire des choix avec conviction, pas faire des choix moyens, parce que acheter des actions en faisant des choix moyens j’ai, autant acheter un ETF S&P500, ça n’a aucun intérêt de le faire activement. Moi aussi je fais des choix assez orientés. »

Marc Raffard : « Vous pouvez même acheter un ETF MCIA World, avec 5000 valeurs, ça bouge pas beaucoup. »

Viken : « Mais après en faisant ça, on prend pas de risques, mais ça va avec un risque de rentabilité bien entendu on est d’accord. Mais vous entendez pas à de grosses performances. Donc moi je suis vraiment d’accord avec tout ce que tu as dit. Et le fait que les GAFAM on voit par exemple ont récemment là on a eu une baisse du Nasdaq. Mais les GAFAM, moi j’ai investi en partie dedans, pas dans les valeurs technologiques du moins, elles ont vraiment des fondamentaux très solides, et même là par exemple je regarde la baisse récente. Vous pouvez regarder les consensus des analystes, ils estiment tous que en moyenne les valeurs principales valeurs technologiques dans les douze mois leurs cours devrait prendre encore 30 à 40%. Donc c’est vrai qu’il y a plus de volatilité sur le Nasdaq. On a vu tout à l’heure, il était le graphique que tu as montré on voyait le S&P500 et le Nasdaq et puis et puis vos ETP. Et on voyait bien que généralement le Nasdaq avait une meilleure performance sur le long terme que le S&P500 grâce à ces locomotives qui le tire. Mais par contre y’a un peu plus de volatilités, ça va avec, on est d’accord. »

Marc Raffard : « Ça c’est un article d’hier, qui rejoint ce que tu dis hein. C’est à dire que les FAANG stocks, donc ça c’est sûr market watch. Je suis tombé dessus vraiment par hasard et ça tombe bien parce qu’ils ont posté cet article là hier et nous c’était hier qu’on listait nos produits FANNG. Mais ils disent voilà que malgré les temps incertains, on estime que les FAANG devront faire 35% au cours de cette année. »

Viken : « Voilà c’est exactement ça, ce que ce que je vois ; ce que tous les consensus des analystes sont tous d’accord pour se dire que ça, elle devrait faire 30 à 40 % dans les 12 mois. »

Marc Raffard : « Et après ce qui est intéressant aussi avec les FAANG. Bon vous me direz il y a plein d’analyses sur le S&P500, mais il y a aussi plein d’analyses sur les FAANG. Donc c’est vraiment si vous faites des recherches, si vous voulez avoir un avis de spécialistes, d’analystes, vous faites une recherche sur GAFAM en français ou FAANG et vous allez trouver plein d’analyses comme ça, plein d’avis qui vont vous aider à apprendre votre décision. Mais bon globalement de toute façon, la plupart des analyses sont comme on dit bullish. »

Viken : « Alors j’ai juste une petite question donc c’est côté en dollars américain. »

Mark Raffard : « C’est coté en dollars. »

Viken : « Cela me paraît même plus cohérent, vu que les actions ; les sous-jacents sont cotés en dollars. »

Mark Raffard : « En fait GraniteShares on a toujours fait le choix de quand on liste des ETP sur des actions américaines de les coter en dollars, même si elles sont cotées à la bourse de Londres, elles sont cotées en dollars. Si c’est des actions britanniques cotées en pound. Si c’est des actions françaises, il y a des trucs qui se sont en cours je vais pas vous en dire plus, mais ça sera coté en euro. En est en train d’explorer la possibilité de coter nos produits sur Euronext. Je ne sais pas encore si on va faire le choix de l’ETP en dollars ou en euros. C’est encore à déterminer. Mais de façon si on les cote en euro, il n’y a pas de secret quelque part, il y aura de toute façon un risque de change sur le produit. Cela revient au même. »

Viken : « Merci pour cette présentation. Moi je voulais vraiment qu’on parle de ça, parce que ça me parait hyper intéressant, et pas que parce qu’il y a le côté quelqu’un qui va investir dans les GAFAM de façon passive il a tout intérêt à choisir ça parce que vous faites le rebalancement trimestriel. Et en plus pour les gens qui ont un petit capital ça leur permet d’investir dans les GAFAM qui n’auraient pas pu le faire. Je pense notamment à Amazon, c’est inaccessible pour les petits capitaux, puisque Amazon ça coute 3000$ l’action. Je pense pas que ça va retomber à très bas. »

Marc Raffard : « Exactement, là on a un produit qui vaut 5$, qui reprend les cinq plus grosses actions. Amazon, Tesla a bien baissé ces quasiment à 500$, Google c’est pareil, Apple c’est pareil. Enfin des actions qui sont très chers, donc là vous avez le produit accessible à tous, qui permet d’investir sur le marché américain. Qui est listé en Europe. Qui à faible coût, j’ai pas précisé mais ces 69 points de base, donc c’est eux c’est le prix d’un ETF standard. Et voilà vous avez une exposition targuetée sur quelque chose de bien précis. Si vous avez des questions de façon je pense que vous pouvez toujours les mettre en commentaire de la vidéo. »

Viken : « Voilà mettez les dans le les commentaires, moi je regarde en général pendant les premiers jours après publication et j’y réponds. Marc aussi si tu veux tu pourras les regarder. Et aussi je voulais dire que effectivement il y a des courtiers, par exemple Trading 212 qui propose des actions fractionnées, mais il y a d’autres courtiers comme Degiro qui ne proposent pas les actions fractionnées. Donc bah si vous êtes client chez Degiro, j’ai beaucoup de clients à moi qui sont clients chez Degiro, et ben ils auront accès à ça. »

Marc Raffard : « Degiro je suis en contact avec eux, mais ils ont pas encore rajouté les produits je crois. Mais par contre eux ils sont très réactifs quand c’est des émetteurs comme nous qui demandons, ils sont moyens réactifs, quand c’est les clients qui demandent ils sont beaucoup plus réactifs. Donc n’hésitez pas à demander à Degiro, je veux traiter ce produit-là. Trading 212 tous nos produits sont déjà disponibles, on a déjà des retours assez positifs, les gens qui sont contents les avoir. Il y a des gens qui disent évidemment, moi je peux traiter les actions fractionnées, donc je peux moi-même acheter 1€ Facebook. Mais attention le balancement, c’est quand même un truc à faire, il y en a qui n’y pensent pas, si vous voulez. Et la voilà, vous avez la simplicité. Si vous avez une vision sur les FAANG, sur les GAFAM, vous avez la simplicité qui vous est offerte. On ne peut pas dire grand-chose de plus. »

Viken : « C’est très bien non mais c’est vraiment une bonne initiative. Quand a commencé à me parler de ce projet là, je t’avais proposé qu’on en parle à mon audience, parce que ça me paraît vraiment intéressant. Et encore une fois ça rend accessible à tout le monde ce genre de sociétés. Sinon ils n’auraient pas pu le faire, ou à moins de prendre des risques énormes par rapport à leur capital. Je mettrai le lien de votre site dans la description. Et puis encore posez des questions si vous en avez. Marc et moi on regardera. »

Marc Raffard : « On a une page dédiée à ces nouveaux premiers sur notre site, je te donnerai le lien, et vous aurez l’occasion de voir des petites vidéos qui sont en anglais, des petites vidéos type graphique que j’ai réalisées moi-même, donc j’espère que ça vous plaira. »

Viken : « Vos vidéos sont toujours très bien faites. Merci beaucoup à toi Marc d’être passé. On espère ça vous a plu. Et à bientôt Marc et à bientôt à vous tous pour une prochaine vidéo. »

Marc Raffard : « A bientôt Viken, à bientôt tout le monde. »

Tags : apple france, investir en bourse, gagner en bourse, comprendre la bourse, action facebook, action google, action amazon, acheter apple, les gafa, tim cook, jeff bezos, mark zuckerberg, sundar pichai, krach boursier 2020, investir dans les gafa, investir dans les gafam, action apple, action microsoft, action tesla, action netflix, S&P500, SP500, Nasdaq, comment investir en bourse, swing trading, investir en bourse debutant, investir en bourse pour les nuls